Journée Nationale du Paysan: bientôt un statut de l’agriculteur et une banque agricole au profit du monde rural

img jnpDébutés le vendredi 29 avril 2016 par un meeting présidé par le président du Faso,  Roch Marc Christian KABORE, les travaux de la 19ème édition de la Journée Nationale du Paysan se sont achevés le samedi 30 avril par des entretiens directs entre le Chef de l’Etat et 1000 producteurs agricoles venus des 45 provinces du Burkina.

 

C’est sous un soleil adouci par une pluie tombée la veille du 29 avril  2016 et en présence de nombreuses populations provenant de la ville de Tenkodogo et des localités environnantes que s’est tenu le meeting de la 19ème édition de la JNP.  Quatre discours ont été prononcés au cours du meeting. L’honneur est revenu au  Ministre de l’Agriculture et des Aménagements Hydrauliques, Jacob OUEDRAOGO,  de prononcer le discours d’ouverture dans lequel il a justifié le choix du thème par le fait que le Gouvernement burkinabè veuille saisir les énormes potentialités offertes par le monde agricole pour combattre le chômage des jeunes. Le Ministre en charge de l’Agriculture, par ailleurs président du Comité national  d’Organisation de la JNP a  également relevé  dans son propos, la nécessité d’« offrir une multitude d’opportunités qui pourraient permettre aux jeunes du monde rural de se réaliser pleinement dans leur milieu et de permettre aux jeunes diplômés des centres urbains de retourner de façon très descente à la terre ou vers les petites et moyennes entreprises de transformation ».

Au nom des partenaires techniques et financiers  du secteur agro-sylvo-pastoral, le représentant résident de la FAO au Burkina Faso, Aristide Ongoné OBAME,  a plaidé avec propositions à l’appui pour une meilleure incitation des jeunes à s’investir pleinement dans l’agriculture qui sur toutes ces chaînes de valeurs, est à même d’absorber des chômeurs diplômés aussi bien que non diplômés.

Prononçant le discours des producteurs,  le président de la Chambre nationale d’agriculture (CNA), Seydou OUEDRAOGO,  a interpellé l’Etat afin qu’il mette en place  le statut  de l’agriculteur pour ainsi attirer  le maximum de jeunes vers les métiers de  la terre. Le président de la  CNA a également plaidé pour une formation professionnelle plus accrue des jeunes aux métiers agro-sylvo-pastoraux.

Pour le gouverneur de la région du Centre-Est, Ousmane Traoré, sa circonscription qui abrite la 19ème édition  de la JNP,  grâce à Bagré Pôle, regorge de potentialités agricoles et offre de réelles opportunités en matière d’emploi des jeunes et femmes.

Des échanges empreints de cordialité et de vérité entre le président KABORE et les délégués du monde rural

Après le meeting au cours duquel, 70 récipiendaires ont été distingués en raison de leurs efforts déployés en faveur du monde rural, le chef de l’Etat Roch Marc Christian KABORE,  à la tête d’une délégation composée de ministres et de techniciens en charge du développement rural,  s’est rendu à Bagré pour toucher du doigt les réalités agro-sylvo-pastorales . Ainsi le Président du Faso a visité respectivement, la centrale hydro-électrique du barrage de Bagré, une ferme de production de semences de riz d’environ 20 ha et  l’Unité diocésaine de riz de Bagré (UDIRBA) qui est en mesure de décortiquer 30 tonnes de riz par jour.  A l’endroit de tous les promoteurs des sites, Roch Marc Christian KABORE a prononcé des mots d’encouragement et d’invite à persévérer dans leurs entreprises. Ce langage clair a été également tenu avec les 1000 paysans invités au traditionnel face-à- face entre le chef de l’Etat et les paysans. Cet entretien direct qui est le clou de la JNP a offert aux délégués et leaders paysans un espace et une opportunité pour soulever des préoccupations du monde paysan.

Ainsi, la cartographie actuelle des projets et programmes a été déplorée au regard du fait que certaines régions manquent de projets. Des besoins d’infrastructures routières et d’aménagements hydro-agricoles ont énormément été exprimés de même que des besoins d’unités de transformation agro-alimentaires. Sur la base des succès engrangés par le Pôle de croissance de Bagré, beaucoup d’autres régions réclament des pôles de croissance pour promouvoir des activités agricoles et touristiques. Des appels à une politique agricole cohérente ont aussi  été lancés. Du point de vue des producteurs, les instruments essentiels de cette politique devraient être la banque agricole et la société d’assurance agricole.

L’occasion faisant le larron des propositions en lien avec le thème ont été formulées. Pour l’emploi en masse des jeunes dans le secteur agricole, trois conditions sont nécessaires : conférer un statut à l’agriculteur burkinabè, garantir la sécurisation foncière et assurer la formation professionnelle des jeunes.

En réaction aux questions et préoccupations paysannes, le Président du Faso a affiché un langage clair et précis. « Fini, le temps où l’Etat s’investissait dans les activités rentables, l’Etat va seulement jouer son rôle régalien de création de cadres favorables aux investissements agricoles. […].Tous ceux qui ont acquis des centaines d’hectares et qui ne produisent pas verront leurs terres retirées et remises à ceux qui la travaillent […] nous devons encourager notre jeunesse à entreprendre […] chers producteurs, vous êtes les plus nombreux et nous sommes avec vous […] j’invite les paysans à tout faire pour consolider la cohésion en leur sein. Nous avons besoins d’organisation paysannes fortes […] il faut mettre en place des structures pour lutter contre les conflits agriculteurs/éleveurs […] Nous verrons dans quelle mesure nous pouvons poursuivre le dialogue au-delà de la JNP ». Conforté auparavant par des réponses satisfaisantes apportées par les membres du gouvernement, Roch Marc Christian KABORE s’est félicité de la bonne fin de la 19ème édition de la JNP et donnez rendez-vous aux producteurs à Kaya en 2017 pour la 20ème édition de la JNP.

GALERIE PHOTOS

Lettre d'information

Complétez le formulaire ci-dessous, et vous pourrez recevoir nos lettres d'informations

NB : vous pouvez vous désinscrire à n'importe quel moment.